Analyse d'images·Réflexions transverses

Vanité au cadran solaire

574139565.jpeg

Vanité au cadran solaire, 1630, huile sur toile, 0,66×0,85m. Sébastien Stoskopff. Musée du Louvre.

La vanité est un genre de nature morte très à la mode au XVIIIe siècle, période baroque dans toute l’Europe. Elle prend ses sources dans l’Ancien Testament avec l’Ecclésiaste (Ecclésiaste 1,2) : « Vanitas vanitatum et omnia vanitas ». « Vanité des vanités, tout est vanité (…) Une génération s’en va, une génération arrive, et la terre subsiste toujours. »

Quelle est cette étrange « nature morte », dans laquelle un sentiment de néant, d’angoisse, de silence mortel, envahit la toile ? Et comment expérimentons nous ces sensations à la vision de ce tableau ? Serait-ce le crâne posé là comme si de rien n’était parmi des livres entassés, crâne qui à l’origine est censé être celui d’Adam, le premier homme. Ce même crâne qu’on retrouve aux pieds du Christ, sur le Mont Golgotha, dans les scènes de crucifixion des peintures de la Renaissance. Il est présent pour faire remarquer que le Christ a souffert pour le rachat des hommes, depuis la fuite du Paradis causée par le pêché originel. Le crâne des vanités nous remémore, suite à ce lointain épisode, que nous sommes tous mortels et tous pêcheurs. Ce crâne est là pour rappeler au spectateur du XVIIIe siècle que, suivant les croyances de l’époque, il s’agit de ne pas céder au vice afin de découvrir le vrai sens de la vie : il est préférable d’emprunter le chemin de la sagesse (la connaissance) plutôt que celui des illusions (le plaisir des sens) car le temps est compté, et l’homme doit gagner son paradis.

En ce qui concerne le vieux cadran solaire à gauche, il semble être devenu inutile dans cette toile figée, dans une atmosphère ténébreuse. Quant à cette dernière, telle une estrade de théâtre, ne nous invite-t-elle pas à venir jouer un rôle dans cette scène ? A faire vivre un instant cette oeuvre inerte que l’on appelle Vanité ? La vie est une pièce de théâtre dont nous sommes les acteurs, dont l’acmé est la prise de conscience de ce que nous sommes et vers quoi nous allons, le dernier acte la connaissance et, la fin ultime, la mort. Cette toile du peintre français Stoskopff présente justement une analogie frappante avec le théâtre de l’époque dit « baroque » qu’il soit shakespearien (britannique) ou calderonien (espagnol). Il conserve néanmoins les éléments essentiels qui composent la vanité : le temps, la mort, la musique, les sens…

Tous les éléments qui composent la vanité sont là pour nous rappeler que la vie est éphémère : le temps, la mort, la musique, les sens. Sens, que l’on retrouve ici d’une certaine façon par la présence des livres : sensuels par le toucher des pages, l’odeur qu’ils prennent au fil des jours, la lecture qui recquiert la vue, ou l’ouïe pour un auditoire. Sensations qui nous trompent sur le moment car elles sont immatérielles, tout comme le temps qui passe (on retrouve les traditionnels cadran solaire et crâne sur la gauche du tableau). Celui qui troque le plaisir des sens contre la sagesse (savoir incarné ici par les livres) comme Hamlet ou Sigismond dans La vie est un songe (héros dramatique de la dite oeuvre de  Calderon de la Barca), laquelle mène à la connaissance, sera finalement sauvé puisque, par Dieu, il gagnera le Paradis.

On retrouve cette représentation du temps qui passe et de la mort dans la gravure de Laurent de la Hyre (1526) reproduite au premier plan. Il s’agit du centaure Marsyas, qui, pour avoir mieux joué qu’Apollon de la fûte fut écorché vif sur l’ordre de ce dernier. Cet épisode de la mythologie relaté par Ovide dans Les Métamorphoses n’a pas été choisi par hasard lorsque l’on sait que cette oeuvre se présente sous la forme d’un calendrier, reflet même du temps qui s’écoule mais revient toujours….

4069010265.jpegApollon et Marsyas, Estampe, 1526. Laurent de la Hyre. Musée des Beaux Arts de Nancy.

Il est exactement question du principe calderonien du « théâtre dans le théâtre », dit « autoréférenciation » : il s’agit d’une représentation dans la représentation. La composition même de l’oeuvre est une mise en scène : il y a cette impression d’espace clos où la lumière ne pénètre pas, comme si nous étions face à une boîte. A cela s’ajoute que lorsque nous contemplons le tableau, c’est notre condition humaine que nous voyons.

Mais attention ! Le rideau rouge sur le côté droit, derrière lequel on a découvert à l’exploration radiographique que se dissimulait une Vierge à l’Enfant, va bientôt se refermer sur ce mauvais rêve qu’est la mort. Après tout, « la vie n’est peut-être qu’un songe »…

MG – Mars 2001.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s