Art, enfance et mieux-être·Réflexions transverses

L’art journal comme outil de mieux-être

L’art journal est tendance. J’en ai moi-même réalisé un durant plusieurs mois et j’ai pu constaté qu’il était d’une grande aide au moment où je vivais une transition de vie importante, celui d’un déménagement à l’international qui nécessite un travail sur soi en profondeur pour faire face le plus sereinement possible à un tel changement de vie. C’est avec le recul de ces deux dernières années que je reviens sur cette pratique que j’ai aujourd’hui faite évoluer vers d’autres techniques de mieux-être.

Pour ceux qui ne le savent pas encore, un art journal ou un journal créatif se tient comme un journal intime à la différence près que l’on ne raconte pas son histoire uniquement avec des mots mais aussi avec des images, des couleurs et de la matière que le découpage, le collage, la peinture, l’écriture et le dessin impliquent pour exprimer son ressenti et ses émotions. Peu importe que vous sachiez dessiner ou non, seule l’expression par les médiums artistiques importent. Et tout le monde en est capable, oui, je dis bien TOUT LE MONDE. L’art journal ne requiert aucune technique spécifique mais uniquement de vous laisser guider par le matériel que vous allez vous mettre à disposition de manière intuitive. Nous sommes là dans une démarche à la fois propre au design thinking (c’est le matériel disponible qui oriente la création et qui favorise l’émergence des idées) et à la pleine conscience (c’est en me connectant à qui je suis dans l’instant présent que je vais pouvoir parler vraiment de moi, de mon ressenti et pouvoir lâcher prise).

Comment pour débuter son art journal ?

Beaucoup d’articles en ligne ont déjà énormément détaillé ces aspects. J’insisterai juste sur quelques points.

Tout d’abord : le choix du cahier. Il convient de choisir un cahier de feuilles blanches à spirales qui vous plaise vraiment et que vous aurez envie d’ouvrir régulièrement. Il vaut mieux privilégier un format cahier d’écolier pour pouvoir l’emporter partout. Ce sera quasiment le seul investissement à faire car le matériel dont vous aurez besoin pour vous exprimez se trouve déjà chez vous, peut-être même sans que vous le sachiez. Il suffit d’un bâton de colle, du scotch, des surligneurs, de la gouache ou de l’acrylique, des crayons à papier, des pastels secs ou gras, des feutres… Et encore des bouts de papier, des restes d’emballages de bonbons ou d’aluminium, des morceaux de papier cadeau, de veilles photos, des rubans de bolducs, du tissu, de l’essuie-tout, des boutons, des pages de vieux livres déchirées, des images récupérées dans des vieux magazines que vous aurez choisies de manière intuitive. Pour cela, vous pouvez feuilleter les revues et sélectionner les images qui vous attirent, les découper puis les collecter dans une boite que vous ouvrirez au grès de vos envies.

L’art journal est un formidable support d’expérimentation où l’on peut tout se permettre. J’ai ainsi découvert que la peinture acrylique était particulièrement agréable à travailler au doigt.  J’ai réalisé que le tissu se colle parfaitement sur du papier ajoutant ainsi de la matière. J’ai aussi appris que l’on pouvait coller des boutons de mercerie les uns sur les autres et que cela permettait d’obtenir des volumes intéressants et des formes originales. Le matériel est ainsi au service de la créativité et de l’expression de nos envies. Il doit, par conséquent, être en quantité foisonnante, voire illimitée.

Une fois par jour, on prend le temps de s’asseoir et de faire le vide en soi pour se consacrer à son art journal. On peut bien sûr être tout de suite inspiré mais, si tel n’est pas le cas, il existe des techniques de démarrage. Soit on créé à partir d’un thème (par exemple : Pâques, les vacances, le travail, une émotion…). Soit on se laisse aller porter par une citation ou une image choisie au hasard dans un magazine. On peut aussi se laisser porter par la couleur et la matière des outils mis à disposition pour une création encore plus intuitive.

arbre porte
Thématique de la porte – 2017 Art journal MGautier
or
Quand la matière guide la création 2017 art journal MGautier
Rouge 3
Ici, c’est la citation qui m’a inspirée – 2017 Art journal MGautier
Baudelaire
Thématique en lien avec l’émotion de la tristesse – Art journal 2017 MGautier

Le but est de laisser son mental de côté pendant que l’on s’octroie ce temps pour s’exprimer. On ne s’exprime pas par la pensée mais par le geste. Durant ces 5 à 15 minutes quotidiennes, c’est lui qui prend le dessus sur tout pour laisser le corps exprimer ce que le mental empêche de ressentir.

Et c’est aussi le corps qui s’arrêtera de lui-même quand il sentira qu’il est temps d’arrêter. On cesse de s’exprimer lorsque la main est satisfaite et ne cherche plus à ajouter de la couleur ou de la matière. On s’arrête donc quand on sent qu’on a fini. Mais cela ne signifie pas que votre création est achevée. Cela signifie juste que vous avez finie pour aujourd’hui. Il se peut que vous ayez envie d’y revenir quelques jours plus tard, voire quelques années. Cela n’a rien d’incongru ou d’anormal. Cela correspond parfois au  temps nécessaire pour la maturité d’un problème ou pour se permettre d’exprimer une émotion qui pouvait être difficile à exprimer. Le temps n’est pas un enjeu mais un allié. L’art journal se construit ainsi dans la durée et n’a pas pour objectif d’être esthétiquement beau. Il est là pour exprimer ce que vous ressentez.  Votre ressenti, s’il est authentique et s’il ne cherche pas à plaire, sera nécessairement touchant et émouvant, car il parle de vous, tout simplement. De vos bonheurs, de vos fragilités, de vos angoisses, de votre quotidien, de vos valeurs, de votre manière de voir la vie… L’art journal est un outil pour concrétiser dans la matière ce qui est parfois difficile à exprimer par la parole.

A quoi sert un art journal ?

L’art journal est un outil basé davantage sur le ressenti que sur le mental. A mon sens, il s’agit presque d’une technique méditative ancrée dans le faire pour ceux/celles qui ont du mal avec la position assise et immobile. Comme la méditation, il requiert une pratique régulière de de 5 à 15 minutes par jour.

Le retour au « faire soi même » apporte beaucoup de bonheur et de satisfaction car c’est un moyen de concrétiser le savoir dans la matière. Cela permet, entre autres, de mieux se connaître (c’est aussi le principe de l’art thérapie). L’acte créatif est aussi une façon de s’ancrer dans une réalité et un rythme de vie plus respectueux et plus proches de notre nature. Un peu comme le permettrait la méditation finalement (la pensée se concentre sur le geste et non plus sur le mental). Cette démarche créative implique en réalité un lâcher prise et un retour à soi-même pour celui qui l’entreprend, un moyen de mieux se connaître et de se se valoriser par la création, de se sentir fier de produire soi-même quelque chose de concret avec ses mains.

arbre oiseaux
Extrait d’art journal – 2017 Copyright Mathilde Gautier

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s